David LeMessier

 

Septième génération connue :

 

David naît à Vascoeuil vers 1612. Les informations en mains me laissent croire qu’il serait le plus jeune des enfants connus de Jehan. C’est l’impression laissée par les informations sur son frère et ses sœurs dans les recensements et le registre de St-Denis-le-Thiboult. Avec le mariage de son père et l’âge de son fils Michel, il est possible de déterminer sa naissance et son mariage. Vers 1639, il épouse Marguerite Barc, vraisemblablement à St-Denis-le-Thiboult. Plusieurs Barc y demeurent.

 

Le premier enfant du couple, Michel naît vers 1640 et se marie en 1658. Avec ce fils né en 1640, 1639 est une date logique pour le mariage de David et Marguerite Barc. Âgé d’environ vingt-sept ans à son mariage, David est donc né vers 1612. C’est au contrat de mariage de Michel que ses parents sont identifiés. Seule l’orthographe a changé. Les LeMessier sont devenus des Messier au Canada et la mère de notre ancêtre, Marguerite Barc, a repris le « c » perdu dans la traversée de l’Atlantique.

 

Avec cette information sur ses parents, une deuxième piste nous facilite l’identification des ancêtres de David. Le sobriquet « Blondelet » était attaché au nom de David et de son frère Jacques. En plus, David est toujours demeuré au hameau de Villers.

 

Le 25 mars 1643, on trouve la première mention de David. Dans une reconnaissance de dette, il est identifié comme le frère de Jacques et d’Ysabeau (Élisabeth), épouse de Guillaume Thierry. De plus, il affirme demeurer au hameau de Villers, à Vascoeuil. Antoine Primot est témoin de l’acte. Au bas, David, Jacques et Guillaume Thierry font une marque; ils déclarent ne savoir signer.

 

La recherche a identifié sept enfants de David et Marguerite Barc : Michel, Jean, Madeleine, Jacques, Pierre, Marie et Catherine. Aucune date de naissance de ces enfants n’a été trouvée dans St-Denis-le-Thiboult. Les registres de Vascoeuil, lieu de résidence de David, sont endommagés au point d’en rendre la consultation presque impossible.

 

David est identifié comme homme de journée, c’est-à-dire un journalier, un homme sans métier. Quand, en 1649, son frère Jacques désire partir avec le couple Primot, David, sans doute pour donner un meilleur avenir à son fils et pour alléger les besoins financiers de sa famille, laisse partir Michel vers Ville-Marie. La pauvreté était grande à cette époque.

 

Dix ans plus tard, en 1659, son frère Jacques revient pour s’occuper de la succession de son père. David reçoit la nouvelle du mariage de Michel ainsi que ses conditions de vie. Devant ce que vit son frère, David décide de lui confier un second fils, Jacques; ils partent pour Ville-Marie au printemps de 1660.

 

Après le départ de Jacques, la maison commence à se vider. En 1662, c’est le décès de sa fille Catherine. Ensuite, c’est le mariage des enfants, Jean, 1664, Madeleine, 1672, Marie, 1674 et Pierre, 1675.

 

Au décès de leur père, en 1658, David et Jacques se partagent la maison paternelle. Entre frères, le partage se fait d’une façon amicale. Cependant, en 1672, Jacques vend sa part à un étranger; les choses se compliquent. On doit donner un statut légal à la séparation. Le 25 juillet 1673, David va chez le notaire avec Bernard Thorin, le nouveau propriétaire de la portion de Jacques. Ils doivent préciser quelle partie de la maison appartiendra à chacun. Vient ensuite la propriété des arbres fruitiers situés sur la ligne de séparation des terrains. On convient que chacun gardera les fruits qui tomberont sur son terrain.

 

Le 3 mai 1674, David vend à son gendre Pierre Ranette la maison héritée de son père. Pierre Ranette conserve la maison dix-neuf ans. Le 18 mai 1693, à la suite au décès de son épouse Marie LeMessier, la maison est vendue à Aubin Barc, maître maçon. Il est possible que cet Aubin Barc soit le neveu de Marguerite. Son frère Aubin, époux de Marion Crescent, est père d’un garçon le 19 mai 1651, également nommé Aubin.

 

Lors du partage de la maison, David affirme demeurer à Villers. Le 2 juin 1674, le curé de St-Denis-le-Thiboult écrit au curé de Vascoeuil au sujet du futur mariage de Marie LeMessier, fille de David. Il est mentionné que David demeure à Vascoeuil. Le 26 mai 1675, au contrat de mariage de son fils Pierre avec Michelle Mallet, il affirme demeurer à Elbeuf-sur-Andelle, commune voisine de St-Denis-le-Thiboult. L’année suivante, au décès de son épouse, Marguerite Barc, il déclare demeurer au hameau du Fossé à St-Denis-le-Thiboult, situé en face du hameau de Villers. Nous constatons qu’après la vente de sa maison, il a souvent déménagé.

 

Âgé d’environ soixante-trois ans, David se retrouve seul avec son épouse. Malheureusement pour eux, la vie de couple qui les attendait sera de courte durée. Dix mois après le mariage de leur dernier enfant, son épouse Marguerite Barc, décède le 25 mars 1676. Elle est inhumée le lendemain, à St-Denis-le-Thiboult. Les registres indiquent qu’elle est âgée d’environ cinquante ans. Je doute de l’authenticité de l’âge inscrit au registre. Michel, l’aîné du couple, étant né vers 1640, ce serait une épouse d’à peine treize ans à son mariage. N’ayant aucun document pour me guider, je préfère croire qu’elle était plutôt âgée d’environ soixante ans.

 

Au sujet du décès de David, à Vascoeuil, les registres de cet endroit sont endommagés au point d’en rendre la consultation presque impossible. C’est un acte du registre qui nous laisse croire que le David, décédé le 27 décembre 1687, est le père de notre ancêtre. Le nom de David était très rare à cette époque : la généalogiste chargée de mes recherches a cru bon de l’identifier comme le père de notre ancêtre.

 

 

Reproduction d'un acte du 25 mars 1643

 

Tabellionnage de Ry

Me Allyne

Le 25 mars 1643

Reconnaissance de dette de Jacques et de David LeMessier

 

 

 

Furent présents Jacques et David dits LeMessier,

frères, demeurant au hameau de Villers, paroisse

de St-Denis (1) de Vascoeuil, lesquels ont reconnu

et confessé devoir et promis payer à Guillaume Thierry,

demeurant en la paroisse de St-Denis, au hameau des

Ventes, présents, la somme de vingt six livres

tournois, pour demeurer quitte par lesd Messier

vers led Thierry, des promesses à lui faites,

lors des accords de mariage, fait entre lui

et Ysabeau LeMessier, sœur desd Jacques

et David, desquelles promesses tant en linge,

habits, vache qu’argent, led Thierry s’est tenu

à content, au moyen de lad somme de XXVl livres,

à payer lad somme la moitié au jour de

St-Michel et l’autre moitié au terme

de Noël, le tout (illisible) à ce faire

lesd LeMessier s’en sont obligés (illisible)

et biens meubles et héritages présents et advenir.

Présence : Antoine Primot et Rolland Haudricourt demeurant

à St-Denis

 X X X

La marque de Jacques      la marque de David Thierry

 LeMessier                         LeMessier

 

(1) barré dans le texte

 

 

Ce document confirme la présence de Jacques LeMessier et Antoine Primot à St-Denis-le-Thiboult en 1643.

Texte tiré du volume de  Gilles Messier :  Les Messier et leurs ancêtres, 700 ans d'histoire.

Dernière mise à jour : 

le 27 septembre 2014

Association des

Familles Messier inc.

© 2014, Association des Familles Messier, site créé par Réal et Réjean Messier à l'aide de Wix.com 

© 2014, Association des Familles Messier, Website created by Réal and Réjean Messier with Wix.com