Jacques Messier, l'oncle

 

Comme David et ses sœurs, Jacques est né à Vascoeuil. Pour déterminer l’année de sa naissance, c’est toujours avec l’évaluation des données en main qu’il faut analyser. En 1666, il déclare avoir cinquante-neuf ans. L’année suivante, il déclare avoir soixante et un ans. Il est possible qu’il n’ait pas tort dans les deux cas si le recensement de 1667 a été fait plus tard dans l’année. Si ses affirmations sont exactes, il est né en 1607. Ce serait une date logique puisque ses parents se marient en 1603. Sa sœur Ysabeau (Élisabeth), mère de Catherine Thierry, est décédée le 6 septembre 1668 âgée d’environ soixante ans. Elle serait donc le deuxième enfant. Martine, la sœur de Jacques, affirme être née en 1608. Quant à David, j’ai estimé sa naissance en 1612. Il est possible qu’un ajustement de leur âge soit nécessaire. À l’époque, la précision n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui.

 

En 1633 et 1634, on retrouve un Jacques Messier à La-Haye-en-Lyon. Toutefois rien ne me prouve que le Jacques mentionné est le frère de David. Si tel est le cas, il aurait fait de courts séjours à LaHaye pour parler à Michel Fossard de ses voyages. À cette époque, le frère de David a environ vingt-sept ans.

 

Désireux d’améliorer son sort, Jacques, qui depuis sa jeunesse entend parler du nouveau monde, décide de satisfaire sa curiosité en allant à Dieppe. Les explications reçues à ce jour ne sont pas satisfaisantes. Dieppe est un port d’embarquement pour ceux qui vont en Nouvelle-France. Le 20 avril 1643, une plainte est faite à Québec par M. Legardeur de Repentigny contre Guillaume Hubou. Les témoignages laissent entendre que l’événement s’est produit à Dieppe en 1642 et Jacques en a été témoin.

 

Jacques est chez le notaire à Saint-Denis-le-Thiboult le 25 mars 1643. C’est pour une reconnaissance de dette avec son frère David envers Guillaume Thierry. La nature du document indique que, lors du mariage de sa sœur Ysabeau (Élisabeth), le père de la mariée aurait fait une promesse d’un don à son futur gendre. Jehan LeMessier étant incapable de remplir sa promesse, c’est Jacques et David qui se chargent de remplir la promesse de leur père envers leur beau-frère.

 

Avec quelques autres membres de la famille Messier, Jacques arrive en Nouvelle-France en 1649. Toutefois ce n’est que le 5 février 1651 que sa présence est signalée à cet endroit. Il est mentionné dans l’inventaire des biens de Michel Chauvin.

 

Le 22 janvier 1654, Jacques semble vouloir prendre racine à Montréal. Monsieur de Maisonneuve lui donne 400 livres et une terre. Il ne la garde toutefois pas très longtemps. Le 2 juillet 1656, elle passe aux mains d’André Hurtibise. Les titres ne sont pas très clairs. Il semble que Jacques en était copropriétaire avec Antoine Primot. Toutefois celle-ci était déjà (ou en partie) propriété d’Antoine Primot en 1650. L’acte de transport mentionne que ledit Hurtibise s’engage à défricher sur «La Provençale» propriété de Charles Lemoyne (la future terre de Michel) autant de terre qu’il y en a de défrichée lors de son acquisition. Cette terre semble au début avoir été la propriété d’Antoine Primot, sans en posséder d’acte, avant d’être vendue par Jacques.

 

Durant la décennie de 1650 à 1660, Jacques, Antoine Primot et Charles Lemoyne se retrouvent souvent dans des travaux de défrichage. Que ce soit sur la terre ci-haut mentionnée ou sur celle de Charles Lemoyne, située à la pointe St-Charles, le trio travaille en étroite collaboration. Jacques est présent aux événements de la famille. Le 10 décembre 1653, il est témoin chez le notaire Basset, à la promesse de mariage de Charles Lemoyne avec sa nièce Catherine Primot. Le 10 décembre 1656, il est parrain de Charles Lemoyne, le futur baron de Longueuil. Il est présent, le 29 décembre 1657, au contrat de mariage de Jacques Leber et Jeanne Lemoyne, sœur de Charles. Enfin, il est présent le 18 février 1658, toujours chez le notaire Basset, au contrat de mariage de Michel avec Anne Lemoyne.

 

Le 4 novembre 1657, devant le notaire Basset, Antoine Primot et Jacques Messier donnent une quittance à Charles Lemoyne et Michel Messier pour travaux faits sur «La Provençale».

 

En 1659, Jacques reçoit des nouvelles de France. Son père vient de décéder et il doit régler la succession. Le 6 juillet 1659, il emprunte 200 livres à Charles LeMoyne. Le 22 octobre, le St-André quitte Québec avec Jacques pour la France. Après un séjour de quelques mois à Vascoeuil, son frère David décide de lui confier un second fils pour l’accompagner dans son voyage de retour à Ville-Marie. Le départ se fait vers la fin avril 1660. Jacques débarque à Québec le 12 juin 1660 avec son neveu Jacques, le frère de Michel. Les deux Jacques vont demeurer chez Michel sur la terre de celui-ci. Lors du recensement de 1666, ils déclarent demeurer avec Michel.

 

Après son bref séjour en France, Jacques a peut-être réfléchi sur son avenir. À l’automne 1668, pour une raison qui nous est inconnue, il retourne en France. Le 2 janvier 1669, à St-Denis-le-Thiboult, il est parrain de Jacques Leblanc, fils de sa nièce Marie Thierry.

 

Le 7 avril 1672, à Vascoeuil, Jacques alors âgé d’environ soixante-cinq ans, décide de vendre l’héritage reçu de son père. C’est Bernard Thorin, marchand de Rouen, qui achète le terrain ainsi que la portion de maison possédée par Jacques. Il y appose sa marque avec celle de son frère David. Après cette vente, c’est le silence sur lui. La date de son décès est inconnue. Il faut croire qu’il est décédé à Vascoeuil, comme son frère, ou à St-Denis-le-Thiboult.

Texte tiré du volume de  Gilles Messier :  Les Messier et leurs ancêtres, 700 ans d'histoire.

Dernière mise à jour : 

le 18 juillet 2014

Association des

Familles Messier inc.

© 2014, Association des Familles Messier, site créé par Réal et Réjean Messier à l'aide de Wix.com 

© 2014, Association des Familles Messier, Website created by Réal and Réjean Messier with Wix.com