Jehan LeMessier I

 

Deuxième génération connue :

 

LaHaye, située à environ 25 kilomètres à l’est de Rouen, a une population de plus ou moins, 300 habitants. En cette fin du 15e siècle, on y retrouve un Jehan, Philippot et Guillemin LeMessier. Tous trois sont des personnes âgées qui décèdent entre 1500 et 1510. L’âge de ces LeMessier correspond assez bien à celui des enfants de Colin. Devant ce fait, il est assez facile de conclure que ces trois hommes sont les enfants de Colin et Simone. À cette époque, la France était loin d’être aussi populeuse qu’aujourd’hui. Les familles LeMessier étaient assez rares. Pour toutes ces considérations, j’en suis venu à la conclusion que l’on se retrouve vraisemblablement devant les enfants de Colin et Simone.

 

Jehan LeMessier est la deuxième génération dans la lignée de nos ancêtres. Je possède trois contrats de lui en plus de ceux qui le mentionnent dans les actes notariés concernant ses enfants. Comme il est dit plus haut, Jehan naît vers 1424 et se marie en 1452. Le 4 mars 1497, on le nomme Jehan LeMessier dit Blondelet. Ce sobriquet est pour mieux l’identifier des autres Jehan LeMessier de LaHaye. Il suivra ses descendants jusqu’à David LeMessier au milieu du 17e siècle. Avec un sobriquet, il devient plus facile de suivre sa trace et celle de ses descendants. J’ai expliqué dans la génération précédente comment j’ai fixé la date de son baptême et celle de mariage. Le 2 février 1497, Jehan est âgé d’environ soixante-treize ans. Il décide de partager ses biens entre ses enfants parce qu’il est probablement incapable de s’occuper de ses affaires. Après le 4 mars 1497, les Jehan LeMessier retrouvés ne portent pas le sobriquet Blondelet. Pour cette raison, j’ai fixé l’année de son décès, vers 1500.

 

En 1519, son fils David fait une déclaration aux seigneurs, les religieux du couvent de Saint-Ouen de Rouen. Le document nous apporte de nombreuses informations. Il est mentionné que son père Jehan LeMessier est décédé. Rien n’indique dans l’acte que son frère Robinet l’est. Le fils de Robinet, Guillaume, conteste une décision de son oncle David quand il décide de vendre une terre ayant appartenu à son grand-père.

 

Il existe donc une période de vingt-deux ans entre la cession des biens de Jehan LeMessier à ses fils et la contestation de Guillaume. Elle a probablement été décidée à la suite du désir de son oncle de vendre une partie de l’héritage de son grand-père. Le décès de Robinet n’est pas nécessairement survenu avant la contestation de son fils.

 

Le 17 mars 1519, son fils David déclare ses possessions aux seigneurs, les religieux du couvent de St-Ouen. Le document nous permet d’imaginer le nombre de lopins de terre ayant appartenu à Jehan. David possède quatre terres héritées de son père. Si chaque fils en a reçu le même nombre, il est possible d’avoir une idée du nombre d’emplacements qu’il possédait. Une précision est toutefois nécessaire : elles sont des petits morceaux de terrain. Certains n’ont pas plus qu’un demi-arpent. En plus de Robinet et David nommés plus haut, deux autres enfants nous sont connus : Guillaume et Jehan.

 

 

Reproduction d'un acte du 23 janvier 1452 en France

 

Archives départementales de Seine-Maritime

Le 23 janvier 1452

Reconnaissance de propriété à Jehan LeMessier

 

 

Jehan LeMessier demeurant à LaHaye en Lyons

tient desd Religieux à cause de leur baronnie

de Périers, une pièce de pré contenant trois vergées

ou environ, assises en la paroisse de Morville

tenant d’un côté, les hoirs Robert Froissen, d’autre côté

les hoirs Guillaume LeCauchois, d’un bout Michault

Casier, d’autre bout à la commune du Pont d’Ysaville

par un denier tournoi de rente, dû aud Religieux

au terme Saint-Michel, avec V s. de dîme

et pour ce V s.1 d.

 

Item, une pièce de pré contenant XV111 perches

et furent au côté, jouxte d’un côté et d’un bout

la rivière, d’autre côté Pierre Lerminier à cause

de sa femme, et d’autre bout la commune du Pont

d’Ysaville, et de ce, doit X11 d. & de dîme

avec les faisances et redevances quant

le cas écherra, et fut ce présent aveu baillé

es plés de Periers, tenus le XX1111e jour de

janvier l’an mil CCCC cinquante deux (1452) pour ce X11 d.

 

Note :

 

Ici les terres de Jehan LeMessier sont identifiées comme étant à Morville. On mentionne que la deuxième terre est située sur le bord de la rivière Andelle.

 

 

Reproduction d'un acte du 17 mars 1519

 

Archives départementales de Seine-Maritime

Le 17 mars 1519

Déclaration de David LeMessier, prêtre.

 

 

De religieux hommes et honnêtes personnes messeigneurs les religieux abbé commendataire et couvent de

                                                                                                              Saint Ouen

de Rouen, je David LeMessier prêtre, fils et héritier en ce regard de défunt Jehan LeMessier dit Blondelet

en ce regard, tien et avoue à tenir de mesd seigneurs les héritages ci après déclarées, assis en la seigneurie

de mesd seigneurs et paroisse de Boullay; et premièrement une portion de masure contenant demi-acre ou

                                                                                                              environ

à présent en frai, bornée d’un côté moyenne à cause de Maury Jourdain, d’autre côté la rivière, d’un

bout en pointe à la rivière Andelle et d’autre bout la seigneurie d’Ennabant; Item deux acres

de terre en aveines (avoine), bornée d’un côté la sente tendant dud lieu de Boullay à Saint Lucien, d’autre

côte le chemin tendant de Boullay à Saint-Lucien, d’un bout led chemin en tournant autour de lad peche et

                                                                                                              Colin

terre en partie et d’autre bout les hoirs Maury Jourdain, dont est dû de rente chacun an à mesd seigneurs tant

                                                                                                              de lad portion

de masure que desd deux acres de terre, dix huit souls tournois aux termes de Saint Martin d’hiver

que de été par moitié; Item deux acres et demie de terre ou environ bornées d’un côte le chemin

          X d’autre côte mesd seigneurs et des deux bouts les hoirs ou aïeux cause de Maury Jourdain

de Saint Lucien, et d’autre bout aussi en partie, d’autre côté Colin Lore et la ruette Morin et d’autre

bout les hoirs ou ayants cause de Maury Jourdain, dont est dû de rente chacun an à mesd seigneurs

douze sols six deniers aulx termes de Saint Michel et Noël pour moitié; Item une portion de

masure contenant une vergée ou environ, bornée d’un côté et d’un bout la rivière Andelle

d’autre côte le chemin tendant de Boullay à Morville et d’autre bout la seigneurie d’Ennebant

dont est dû de rente chacun an à mesd seigneurs cinq sous & au terme St Michel, tous

lesquels héritages dessus bornés me sont venus et échus par le décès et trépas de mon dit

défunt père; Item une potion de masure contenant une vergée ou environ, par moi acquise de

Maury Jourdain, bornée d’un côte le chemin tendant de Boullay à Nolleval, d’autre côte

moi mêmes à cause de la masure première dessus bornée, d’un bout la rivière du Moulin

Bourdet et d’autre bout la seigneurie d’Ennebant, dont est dû de rente chacun an à mesd seigneurs

trois sous au terme de Saint Michel et avec ce il est dû à mesd seigneurs des héritages dessus

bornées, relief treizième services de prévôté à mon tour et autres droits et devoirs

ainsi que les autres hommes de lad seigneurie quant en ces y échoiront et au bas était écrit

ce qui ensuit amples de lad seigneurie de Boullay tenus aud lieu pour mesd seigneurs de Saint Ouen

par moi Laurens Hene, sénéchal de lad seigneurie le dix sept jour de mars l’an de grâce

mil cinq cens dix neuf et comparut led LeMessier pour lequel me présenta ce présent

aveu lequel après ce qu’il me oult affirmer icelui être véritable, fait par moi

reçu sauf a blâmer...

 

 

Notes :

 

Dans ce contrat David LeMessier, prêtre, frère de Robinet LeMessier, notre ancêtre, fait un état de ses biens immobiliers à son seigneur les religieux du couvent de Saint-Ouen. Il identifie les terres qui lui appartiennent et leurs emplacements. Les premières terres mentionnées, lui ont été échues de son père Jehan LeMessier dit Blondelet, lors du partage de ses biens en 1497.

Texte tiré du volume de  Gilles Messier :  Les Messier et leurs ancêtres, 700 ans d'histoire.

Dernière mise à jour : 

le 24 septembre 2014

Association des

Familles Messier inc.

© 2014, Association des Familles Messier, site créé par Réal et Réjean Messier à l'aide de Wix.com 

© 2014, Association des Familles Messier, Website created by Réal and Réjean Messier with Wix.com