Michel Messier

Ses voyages

Michel s’est absenté de chez lui plusieurs fois durant sa vie. Il y a eu évidemment les trois fois où il a été fait prisonnier. Une de ses absences date de 1684 alors que Lefebvre de La Barre est en expédition chez les Iroquois. Notre ancêtre est au fort Frontenac (aujourd’hui Kingston) où il est commandant de la barque « La Générale ». Il a eu également à commander la milice durant les guerres franco-iroquoises.

 

Il a fait trois grands voyages pour la traite des fourrures. Ces congés de traite étaient souvent accordés par le gouverneur à un seigneur moins fortuné ou généralement à une personne en reconnaissance de services rendus à la colonie. Son premier congé lui a été accordé au printemps 1685 et le deuxième en 1688. Le troisième est reporté quand il est fait prisonnier en mai 1692. Il reprend toutefois le chemin de Michillimackinac au printemps de 1694. C’est un voyage qui prend habituellement entre une et cinq semaines.

 

Ces voyages peuvent durer de cinq à six mois. Voici un peu ce qui s’est passé pour le voyage de l’année 1685. Au printemps, il obtient l’autorisation du gouverneur d’aller faire un voyage à Michillimackinac et de faire la traite des fourrures. Le 24 mai, il engage François Brunet. Le lendemain, il est chez le notaire pour faire son testament. Ensuite, il achète des marchandises de traite chez le marchand Jean B. Migeon et quitte Montréal pour Michillimackinac. Le troc fait avec les Indiens, il prend le chemin de retour. Michel est à Montréal avant l’hiver puisque le 3 février 1686, il est à Boucherville, au baptême d’Augustin Hébert.

Texte tiré du volume de Gilles Messier : Les Messier et leurs ancêtres, 700 ans d'histoire.

Dernière mise à jour : 

22 juillet 2014

Association des

Familles Messier inc.

© 2014, Association des Familles Messier, site créé par Réal et Réjean Messier à l'aide de Wix.com 

© 2014, Association des Familles Messier, Website created by Réal and Réjean Messier with Wix.com