Où retrouve-t-on les LeMessier en France ?

Où retrouve-t-on les Messier?

 

Ce que j’appelle le pays des ancêtres est un triangle formé de St-Denis-le-Thiboult, Vascoeuil et LaHaye. C’est un coin de pays situé à la limite de la zone à forte pénétration viking. C’est également au carrefour du pays de Bray, du Vexin Normand et du pays de Caux où, encore aujourd’hui, il existe une langue cauchoise. Le premier LeMessier semble être né à l’extérieur de ce triangle. Six générations de LeMessier ont vécu dans ce triangle d’environ quatre par dix kilomètres, avant que Michel et Jacques, nos premiers ancêtres, traversent l’Atlantique.

 

C’est après 911, que cette région a fait partie du duché de Normandie. Plus tard, Vascoeuil sera concédé au duc de Normandie. Avant 1452, l’ancêtre demeurait à Rouen. Il y a plusieurs noms de lieux avec une origine nordique qui confirme la présence de Vikings en ces lieux. On a même trouvé des traces de l’occupation romaine à St-Denis-le-Thiboult.

 

 

Le premier Messier connu

 

Un contrat daté de 1312, m’a fait connaître Guillaume LeMessier. C’est le premier LeMessier connu à ce jour. Il vient d’acheter une terre à Perriers-sur-Andelle, commune située à quatre kilomètres au sud de Vascoeuil. Il est originaire de Renneville, situé à environ trois kilomètres au sud-ouest du lieu de sa terre, où il y est né aux environs de 1284. D’où venaient les ancêtres de Guillaume? Il y a au plus six générations de LeMessier entre le premier qui porte ce nom et Guillaume. Je pense que la recherche a ses limites. Seul, le hasard peut nous apporter des informations supplémentaires.

 

Afin de déterminer les dates de naissances et mariages, je prends une information fournie par ma correspondante de France. Les chercheurs français se sont mis d’accord pour évaluer à 28.8 ans, l’âge moyen du mariage des hommes de cette époque. Personnellement, j’évalue la naissance des enfants dans les quinze années qui suivent le mariage du couple.

 

Je parle plus haut du premier LeMessier connu. L’homme que je peux considérer être notre ancêtre, et non un lointain cousin, est Colin LeMessier. C’est à Rouen qu’il demeure en 1446.

 

 

 

Imaginons-nous que Guillaume a 28 ans et projette de se marier en 1312, soit l’année de l’achat de sa terre. Entre cette date et la naissance de Colin vers 1395, il y a quatre-vingt-trois ans. Si ce Guillaume est notre ancêtre, deux générations le séparent de Colin, c’est-à-dire son père et son grand-père. Où ont vécu ces deux hommes? Si le grand-père est le fils de ce Guillaume, il est probablement né à Perriers-sur-Andelle, mais rien ne nous dit où il a vécu après son mariage.

 

L’ancêtre de Colin peut être le frère ou un oncle de Guillaume. Les LeMessier ne se sont pas multipliés, comme nous l’avons vu au Québec, avant le 20e siècle. Il y en a toujours eu au moins un qui a survécu aux guerres, à la famine ou aux maladies. Une chose est certaine : si Guillaume n’est pas notre ancêtre, il est un proche parent.

 

Pensons qu’en 1349, entre Guillaume qui peut être encore vivant, et Colin LeMessier, la peste a tué une personne sur trois en Europe. L’épidémie de peste terminée, la Normandie a subi la guerre de Cent Ans qui a commencé en 1350 pour se terminer en 1450. Cette période n’a pas favorisé la natalité et la multiplication des LeMessier.

Texte tiré du volume de Gilles Messier :  Les Messier et leurs ancêtres, 700 ans d'histoire.

Dernière mise à jour : 

le 8 octobre 2014

Association des

Familles Messier inc.

© 2014, Association des Familles Messier, site créé par Réal et Réjean Messier à l'aide de Wix.com 

© 2014, Association des Familles Messier, Website created by Réal and Réjean Messier with Wix.com